Henri Peña-Ruiz, « Le Sacré-Cœur de la honte »

Version imprimable du Sacré-Cœur de la honte

Henri Peña-Ruiz
Le Sacré-Cœur de la honte
Lettre ouverte à Anne Hidalgo, le 2 mars 2021

Un peu d’histoire

Le 1er septembre 1870, Napoléon III est vaincu par les Prussiens et fait prisonnier à Sedan. Le 4 septembre, la République est proclamée et un gouvernement de défense nationale s’installe à Paris, en principe pour continuer la guerre contre les Prussiens. En réalité il va capituler, tandis que la révolte gronde dans Paris assiégé et affamé. Le 18 janvier 1871, l’Empire allemand est proclamé dans la galerie des Glaces du château de Versailles et le 28 janvier Jules Favre signe l’armistice avec le chancelier Bismarck. L’élection d’une Assemblée nationale y est prévue. Organisée à la hâte sur pression des Prussiens, elle a lieu le 8 février 1871, sans que la gauche républicaine puisse vraiment faire campagne. L’Église et les notables locaux soutiennent à fond les monarchistes, qui l’emportent, avec 400 députés.

C’est une assemblée réactionnaire et cléricale qui va voter la construction du Sacré-Cœur, en réponse à un vœu émis par une droite catholique qui ne cache pas son hostilité tant à la Révolution française de 1789 qu’à celle de 1848, dont la tournure sociale a été violemment réprimée le 24 juin par Cavaignac. Le vœu religieux a été émis en janvier 1871 par Alexandre Legentil et Hubert de Fleury, catholiques nostalgiques de l’Ancien Régime, qui persistent à voir dans la France « la fille aînée de l’Église ». Ce vœu impute les malheurs du pays et la défaite de Sedan aux méfaits supposés de la refondation révolutionnaire. Il conçoit l’église à construire comme une rédemption, assortie d’un ressourcement religieux. L’« ordre moral » commence, avec à l’horizon la restauration de la monarchie. Celle-ci échouera en octobre 1873 du fait de l’attachement du comte de Chambord au drapeau blanc. Pour l’heure, au nom de la paix, l’élite de la fortune et celle de l’Église font cause commune dans la trahison, à Versailles. Adolphe Thiers est la figure de proue des « versaillais ». Ceux-ci s’agenouillent devant les Prussiens, et ils vont solliciter leur aide pour réprimer le peuple de Paris et son patriotisme.

La Commune de Paris, pour la patrie, la justice sociale, la démocratie

Du 18 mars 1871 au 28 mai 1871, en 72 jours, la Commune de Paris va conjuguer un patriotisme résolu, l’émancipation sociale et sociétale, et la refondation démocratique. Tout commence le 18 mars, quand le mal nommé gouvernement de Défense nationale envoie la troupe pour désarmer Paris et récupérer les canons de la butte Montmartre. Les ouvriers s’y opposent, et les soldats fraternisent avec eux. La Commune est née. Du sursaut patriotique contre les Prussiens et leurs complices, elle passe à la justice sociale, puis à la refondation politique. Elle organise à la fois la défense de Paris et les secours à sa population qui endure froid et misère. Jules Vallès rédige une affiche : « Le grand peuple de 89, qui détruit les Bastilles et renverse les trônes, attendra-t-il dans un désespoir inerte, que le froid et la famine aient glacé dans son cœur, dont l’ennemi compte les battements, sa dernière goutte de sang ?… » « Réquisitionnement général. Rationnement gratuit. Attaque en masse. Place au peuple ! Place à la Commune ! » La patrie est en danger. Et ce sont les principes révolutionnaires d’égalité, de solidarité, de justice sociale qui sont les mieux à même de la sauver, en unissant tout le peuple.

Louise Michel

L’égalité des sexes est proclamée, avec Louise Michel et André Leo, qui crée le journal féministe La Sociale. L’union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés est créée par Élisabeth Dmitrieff, militante russe de l’Internationale des travailleurs et Nathalie Lemel, ouvrière relieuse. L’égalité des salaires est promue, et appliquée d’abord aux institutrices. La Commune reconnaît l’union libre et interdit la prostitution mais n’a pas le temps de traduire dans les faits le suffrage universel masculin-féminin. Des femmes vont se battre sous le vêtement des fédérés contre les versaillais (notamment sur une barricade place Blanche). L’instruction, délivrée de la tutelle religieuse, est ouverte à toutes et à tous. Le 2 avril, la Commune décrète la séparation de l’État et de l’Église et la suppression du budget des cultes. L’école laïque, gratuite et obligatoire est votée. On construit des écoles pour accueillir tous les enfants.

La Commune prend des mesures sociales d’urgence : distribution de « bons de pain », ouverture de « fourneaux économiques » et de « marmites » pour nourrir la population, extension du remboursement des dettes sur trois ans, interdiction d’expulser un locataire de son logement, rationnement gratuit. Elle interdit le travail de nuit, réquisitionne les entreprises abandonnées, désormais gérées par les ouvriers, et limite le travail à 10 heures par jour. Elle ébauche un véritable Code du travail, à rebours de la brutalité première de l’exploitation capitaliste. Sur le plan politique, elle lance le communalisme, idée d’une république fédérative de conseils communaux. Des mesures de démocratie directe fondent une souveraineté populaire réelle. Entre représentés et représentants un mandat impératif est instauré. Les élus sont révocables s’ils trahissent leurs électeurs, et leurs rémunérations, indexées sur celle des ouvriers, rompent avec tout privilège. Ainsi s’amorce la refondation démocratique de la puissance publique. En effet l’outil de l’oppression ne peut servir tel quel à l’émancipation. Une belle leçon, à transposer aujourd’hui dans notre démocratie à bout de souffle. Le 28 mars, Jules Vallès écrit dans Le Cri du peuple un texte lyrique sur l’espoir populaire : « Ce soleil tiède et clair, le frisson des drapeaux, le murmure de cette révolution qui passe, tranquille et belle comme une rivière bleue (…) notre génération est consolée ! Nous voilà vengés de vingt ans de défaites et d’angoisses… Fils des désespérés, tu seras un homme libre ! »

Avec la complicité de l’armée prussienne, Adolphe Thiers organise une répression sauvage contre les communards. Pendant la « Semaine sanglante », du 21 au 28 mai, 27 000 communards sont massacrés par l’armée versaillaise. La haine de classe fait son œuvre de mort. Le crime des communards ? Le duc de Broglie, noble entre les nombreux nobles de l’Assemblée nationale, le précise en ces termes : « le refus de la plèbe de reconnaître l’ascendance des classes supérieures. »

Le Sacré-Cœur monument historique : réconciliation ou provocation ?

Après le massacre rageur infligé à la Commune de Paris, la construction du Sacré-Cœur prend le sens d’une revanche à la fois cléricale et antisociale. Comment peut-on oser parler aujourd’hui de « réconciliation » ? Entre qui et qui ? Les meurtres perpétrés par les bourreaux versaillais, pour la plupart, n’avaient plus de finalité militaire. On voulut châtier le prolétariat parisien d’avoir osé montrer la voie de ce que pourrait être une démocratie sociale et laïque authentique. Le jour de la pose de la première pierre de la basilique, M. de Cazenove de Pradine parle d’un « grand acte d’expiation et d’apaisement ». Il fait silence sur les 27 000 communards tués lors de la Semaine sanglante. La mosaïque du chœur porte d’ailleurs l’inscription suivante, dont le sens ne fait aucun doute : Sacratissimo Cordi Jesu Gallia poenitens et devota et gracia… « Au Sacré-Cœur de Jésus, la France, pénitente, fervente et reconnaissante ». Pourquoi toute la France devrait-elle faire pénitence ? Ce serait plutôt aux seuls commanditaires de la Semaine sanglante de le faire. « Tu ne tueras point ? »…

Honte à celles et à ceux qui osent aujourd’hui classer monument historique le hideux édifice qui sacralise la haine de classe. Comment Anne Hidalgo peut-elle prêter son concours à Roselyne Bachelot qui apparemment réécrit l’histoire ? Si le projet va à son terme, il faut deux gestes forts pour en compenser l’injustice. À quand une station de métro « Commune de Paris » par exemple en lieu et place de « Belleville » ? À quand une avenue parisienne portant le nom de Louise Michel, par exemple entre Blanche et place Clichy, là ou de valeureuses communardes résistèrent en 1871 ? Adolphe Thiers, lui, a sa rue dans le XVIe arrondissement de Paris, et dans d’autres villes de France. La tradition des opprimés doit avoir ses lieux de mémoire, qui ne relèvent pas d’une religiosité sans distance, mais d’une commémoration des moments où l’humanité souffrante se révolta pour son émancipation.

Anne Hidalgo, n’oubliez pas « le temps des cerises ». Celui où les communardes et les communards refondèrent la démocratie et le patriotisme par la laïcité, la justice sociale, et le contrôle populaire des élus !

Poster un commentaire

4 Commentaires

  1. Debra

     /  20 mars 2021

    Hier soir j’ai ressorti mon livre de Pierre Grimal, « Les erreurs de la liberté » pour le relire. Il examine et compare le « libertas » romain avec l' »eleutheria » grec. Le livre est tellement dense que je me suis dit qu’il fallait que je le relise plusieurs fois pour m’en imprégner.
    Pour la réécriture de l’histoire… c’est une très vieille histoire qui ne montre aucun signe de s’essouffler. De quelque côté qu’on se situe, d’ailleurs.

    J'aime

    Réponse
  2. Heliodore

     /  22 mars 2021

    J’ai toujours cru que M. Peña-Ruiz était un homme intelligent. À tort. On ne classe pas un édifice monument historique pour sa signification idéologique, M. Peña-Ruiz, mais pour son importance ou son intérêt historique ou patrimonial. Ce qui est donc scandaleux, c’est que le Sacré-Cœur ne soit pas encore classé…

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  3. Ben

     /  2 avril 2021

    Mr ou Madame Heliodore, je vous conseille fortement de vous procurer le fascicule n°3 de l’Encyclopédie des Nuisances (mai 1985) et de vous jeter sur l’article intitulé « Abadie », peut-être saurez-vous mieux saisir à la suite de sa lecture de quoi retourne le texte de M. Peña-Ruiz.

    J'aime

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :