Jean de La Fontaine, « Le Loup et le Chien »

Un Loup n’avait que les os et la peau,
Tant les Chiens faisaient bonne garde.
Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
L’attaquer, le mettre en quartiers,
Sire Loup l’eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le Mâtin était de taille
A se défendre hardiment.
Le Loup donc l’aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu’il admire.
« Il ne tiendra qu’à vous beau sire,
D’être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? rien d’assuré : point de franche lippée :
Tout à la pointe de l’épée.
Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin.  »
Le Loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?
– Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse.  »
Le Loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
« Qu’est-ce là ? lui dit-il. – Rien. – Quoi ? rien ? – Peu de chose.
– Mais encor ? – Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
– Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? – Pas toujours ; mais qu’importe ?
– Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.  »
Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Bradé

     /  17 mai 2022

    Depuis le temps que l’homme se considère comme un loup pour lui-même, cela ne devrait même pas vous laisser aller à écrire un tel commentaire.
    Quel serai aussi le problème puisque viandes et maladies sortiront de laboratoires bien scellés ? Laissez vos bêtes tranquilles et mourir de la lassitude de votre bienveillance envers l’environnement. Comme elle l’a toujours fait avant que l’on s’en mêle.

    J’aime

  2. Debra

     /  14 mai 2022

    Maître Loup court encore… un peu partout dans nos montagnes. D’après ce que j’ai entendu de la bouche d’un chasseur qui m’a semblé avisé, Maître Loup s’est tellement reconstitué une population qu’il est presque arrivé à bout des mouflons, des biches, et faons de nos forêts du côté de chez nous. Si Maître Loup arrive si bien à se reproduire, quand constituera-t-il des hordes ?
    Quand les mouflons, et les cervidés (qui ont du perdre l’habitude de l’éviter pendant des lustres…) ne seront pas là pour satisfaire ses appétits, qu’est-ce qui lui tombera sous les dents ? Des moutons, des agneaux, des veaux, en attendant peut-être l’ultime proie, la proie si facile que les bêtes la chassent quand elles se sont affaiblies avec l’âge et la maladie.
    Cela m’amuse que des gens qui traitent d’autres de sentimentalité sont souvent les mêmes à ne pas remarquer leur propre… romantisme, pour ainsi dire.
    Moralité de l’affaire : on est toujours le chien de quelqu’un (ou quelque chose)…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :